À seulement 23 ans, le jeune attaquant de l’Atlético Madrid, a déjà su gagner le coeur d’une grande partie des « colchoneros ». Refusé dans plusieurs clubs professionnels plus jeune, et désormais courtisé par les plus grands, retour sur le parcours atypique de l’international français Antoine Griezmann.




De la Real Sociedad à l’Atlético Madrid

Formé à l’Union du Football Mâconnais, Antoine Griezmann est repéré par la Real Sociedad lors du Tournoi de Paris, où il jouait sous les couleurs de Montpellier. La machine est alors lancée. Le jeune joueur, arrivé en 2006 dans le club de Liga, passera plus de huit ans dans le centre de formation ibérique. L’ancien ailier gauche de la Real Sociedad a su marquer son premier club par sa combativité et ses bonnes prestations particulièrement remarquées dès la saison 2011/2012, avec pas moins de 8 réalisations en Liga. Si la saison suivante s’annonce moins glorieuse, en effet son équipe perd six de ses dix premiers matchs, et qu’une blessure le condamne à rester sur le banc pendant plus d’un mois, son retour permet néanmoins à la Real Sociedad une belle remontée et même l’accès aux barrages de Ligue des Champions. Il s’illustre, par ailleurs, avec plusieurs buts assez spectaculaires, dont ce fameux ciseau à Gerland en 2013 lors du tour préliminaire de la Ligue des Champions qui permet la qualification des Espagnols (Lyon-Real Sociedad). Ses statistiques en fin de saison ne trompent pas : trente-cinq matches, onze buts et trois passes décisives. 

Lors de la saison 2013/2014, avec 16 buts au compteur en Liga, le français connaît également ses premiers matchs en Ligue des champions. Antoine Griezmann s’engage par la suite avec l’Atlético Madrid pour six ans et un montant estimé à 30 millions d’euros (le montant de sa clause libératoire à la Real Sociedad). Diego Simeone lui fait rapidement confiance et il joue ainsi les deux matches de la Supercoupe d’Espagne. Il délivre sa première passe décisive officielle à Mandžukić lors du match retour qui permet à l’Atletico de gagner la SuperCopa. Il inscrit par ailleurs son premier but en C1 avec l’Atlético Madrid face à l’Olympiakos (3-2).

Un jeu 100% Liga

On a pu remarquer quelques similitudes dans le jeu de Griezmann avec son co équipier et aîné Matthieu Valbuena. Ce dernier le confirme lui-même : « On a le même style, on cherche le une-deux, c’est facile de s’associer avec un joueur de cette qualité ». Un jeu tout en finesse, focalisé sur la construction du jeu bien plus que sur la réalisation malgré leurs qualités de buteurs indéniables dans leurs clubs respectifs. Griezmann a notamment l’avantage d’une formation presque 100% espagnole. En effet, habitué des terrains de Liga, le jeune joueur apprécie les petits espaces, et participe à l’ouverture des lignes de passe. « J’ai ce petit plus technique espagnol » explique-t-il lui-même. Yohan Cabaye insiste sur sa particularité et son apport individuel en Equipe de France : « Il est gaucher, il y en a peu, c’est important d’avoir des joueurs qui peuvent donner autre chose, apporter une autre palette, Antoine en fait partie. »




Au-delà des frontières espagnoles

img-qui-remplacera-franck-ribery-1402077858_y500_articles-alt-184647

Si c’est la blessure de Ribéry qui laisse à son jeune cadet l’occasion de débuter en équipe de France, Griezmann a néanmoins su saisir sa chance. Après un début discret lors de sa première titularisation face aux Pays-Bas, il s’illustre lors des matches de préparation pour la Coupe du monde avec trois réalisations en trois matches, dont un doublé contre la Jamaïque. Il joue son premier match en compétition officielle en Bleu lors de la Coupe du monde face au Honduras. Si l’aventure s’arrête en quart de finale face à l’Allemagne pour la sélection française le bilan reste globalement très positif pour Griezmann : titulaire à trois reprises, il participe de plus à tous les matchs. « J’ai 23 ans, je suis dans la liste des 23, c’est un rêve pour moi. Si on me donne du temps de jeu, je donnerai tout pour l’équipe », déclare le jeune mâconnais peu avant sa première titularisation au Brésil. Un joueur que l’on risque de retrouver lors de l’Euro 2016.




Griezmann et ses supporters, la #TeamGrizi

Antoine Griezmann prend un "selfie" lors de sa présentation au Calderon.

Antoine Griezmann prend un « selfie » lors de sa présentation au Calderon.

Antoine Griezmann et sa #TeamGrizi, ont su s’imposer comme l’un des groupes de supporters les plus actifs sur les réseaux sociaux. Il faut dire que le joueur garde deux constantes que ce soit en club ou en national : une intégrité et une fidélité à toute épreuve. Ses ex coéquipiers de la Real Sociedad ainsi que leurs supporters regrettent ainsi énormément l’ancien joueur. Ses larmes lors de l’élimination de la France lors de la Coupe du Monde au Brésil ont également montré à quel point l’ « amour du maillot » était omniprésent chez Griezmann. Désormais à l’Atletico Madrid, le mâconnais a déjà su conquérir son public dès sa présentation en prenant notamment un « selfie » avec les 6000 aficionados présents au Calderón. « Je suis heureux, a-t-il déclaré, je suis en train de prendre confiance en moi et sincèrement je suis en train de profiter avec l’équipe ».

Il ne reste donc plus qu’à souhaiter à l’international français une belle saison avec son nouveau club classé parmi les favoris pour le titre cette saison en Liga.




L’avis de Pierre Menès: le grand journaliste de Canal + revient sur le parcours de l’international français.

Depuis quand suivez-vous Antoine Griezmann ?

Depuis qu’il est à la Real Sociedad et plus particulièrement depuis son fameux match en barrage contre Lyon à Gerland (voir vidéo ci dessus).

Qu’avez-vous pensé de son parcours à la Real Sociedad ?

C’est un joueur, de par son style, son gabarit, sa technique, qui est totalement fait pour le football espagnol. J’ai eu l’occasion de le rencontrer chez lui, à San Sebastian, dans le cadre de la promotion de FIFA dont je suis l’ambassadeur, c’est quelqu’un de très courtois et timide. Excepté sa coupe de cheveux et ses tatouages c’est vraiment le gendre idéal !

Et que pensez-vous de son début de saison avec l’Atletico ?

Il vient de changer de club, il passe dans un club très haut de gamme, ses quelques difficultés viennent de là. Il doit encore progresser et travailler sa timidité mais c’est un joueur juste, il sait créer, finir, et faire les bons choix, il doit seulement s’affirmer.

Un avis sur sa prestation durant le Mondial 2014, sera-t-il d’après vous présent pour l’Euro 2016 ?

C’est celui qui a bénéficié de la blessure de Ribery, il a su apporter sa part, dans la joie, et saisir sa chance. Didier Deschamps nous a beaucoup parlé de cet « esprit de groupe » qu’il souhaite privilégié, donc il a une longueur d’avance sur ses concurrents pour l’EURO 2016.

Share Button